Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MARC PAGES

Pour un nouveau démarrage

LA GOMME ET LE PETIT POT DE COLLE

Il était une fois, l’histoire d’une gomme et d’un petit pot de colle. Cela se passait, il y a bien longtemps dans une salle d’étude d’un pensionnat alsacien. Le surveillant général avait annoncé aux internes qu’il pouvait récupérer les fournitures qu’ils avaient commandées, il y a quelques jours. 

Ma gomme et mon petit pot de colle étaient du voyage. La gomme fut charmée de rencontrer à nouveau son ami le petit pot de colle qui faisait partie du colis. Ce dernier était toujours aussi fringant et dégageait une odeur si suave qu’il avait tendance à faire de l’ombre à dame la gomme sa compagne.

Encore une fois, la gomme et le petit pot de colle savaient que leur destination était commune pour satisfaire les attentes d’un jeune impatient heureux de les revoir. Le précédent couple avait rempli sa mission et avait rejoint les vieux accessoires voués comme eux à la disparition. Mademoiselle la gomme connaissait parfaitement son point de chute et se doutait bien que ce ne fût pas sa silhouette qui charmait le jeune garçon mais bien sa consistance et son parfum. Un parfum fort ordinaire qui rappelait ces matières plastiques et caoutchouteuses qui éveillaient la curiosité. Pourtant, elle en voulait à son compagnon de voyage plus imposant et plus sophistiqué. Avec sa forme cylindrique hermétiquement fermée, il cachait des propriétés beaucoup plus avenantes. La gomme de couleur avait le rôle d’effacer les traces pour restituer la blancheur à la feuille de papier alors que la colle blanche avait une fonction de conservation en scellant les papiers ensemble. Leur action était en outre soulignée par une odeur caractéristique propre à chacun. 

Petit pot de colle savait comme la dernière fois, qu’il satisferait les attentes de son destinataire. Aussi il se gardait bien de ne pas dévoiler ses charmes odorants et son goût amer à sa compagne qui se contentait d’une simple petite parure cellophanée. Dame la gomme savait qu’elle ne pouvait rivaliser, mais cette compagnie la rassurait.  

Arrivés à destination, ils prirent place dans une trousse rangée au fond du bureau en compagnie des autres articles scolaires. J’avais hâte de rentrer dans l’histoire de mes deux compagnons. Car ils avaient cette caractéristique qu’ils possédaient des odeurs qui provoquaient une forme d’attirance indescriptible. Dès que j’étais en possession du fameux petit pot rond en plastique, et après l’avoir ouvert, j’approchais aussitôt mon nez de la pâte blanche pour la respirer fortement et m’imprégner de son doux parfum qui me rappelait les amandes. Abrité derrière le panneau grand ouvert de mon bureau, à l’abri du regard du surveillant, je prenais à l’aide de la spatule une petite «  dose » que je portais aussitôt à la bouche pour me délecter de cette substance. Mais son goût était moins convaincant que son odeur.

Cette petite pâte blanche participait ainsi à mon éducation olfactive et enrichissait ma panoplie des substances odorantes au pouvoir attractif et envoûtant. Je devenais inconsciemment un modeste consommateur de produits aux effets pernicieux. Heureusement que les travaux d’études nous imposaient de coller images et dessins, ce qui rendait l’utilisation de la colle plus conforme à sa destinée. Je m’étais pris d’une sympathie naïve envers le petit pot de colle. Il avait le privilège de faire partie de la panoplie des fournitures scolaires incontournables. Il avait toujours sa place réservée dans le coin de la trousse en compagnie de la petite gomme rose et bleue dont le parfum de caoutchouc cherchait à rivaliser en vain avec celui du pot de colle.

C’est ainsi que j’avais découvert prématurément les effets odorants de deux petits accessoires insignifiants dont la matière était extraite des lointains arbres tropicaux pour devenir par la suite des compagnons indispensables aux chères  études. Le petit pot de colle, comme sa compagne, la petite gomme, savaient qu’ils comblaient agréablement mon univers intime des senteurs, quand je les mettais à l’épreuve de la feuille de papier.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maxence Animalerie 15/10/2020 20:16

Merci pour le partage, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://maxence-animalerie.blogspot.com/