Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour un nouveau démarrage

DE LA PRATIQUE A L'UTILITE DES VOEUX.

Lorsque j’étais beaucoup plus jeune et que je voulais fêter la nouvelle année, pour faire comme tout le monde et découvrir les premières surprises  d’une soirée festive, chaque fois mon père exprimait sa désapprobation.  Il répétait chaque année que le 1er janvier est un jour comme un autre. 

undefined
Bâle, (CH)

J’avais compris que mon père n’était pas un fervent de l’échange de vœux en début d’année. Ceci m’a donné envie de faire avec un peu de recul, le point sur un phénomène social qui comme beaucoup d’autres a gardé l’aspect spectacle et mise en avant du formalisme, au détriment du  sens du respect et de l’esprit de simplicité. En effet, il est normal de faire la fête pour marquer une nouvelle année comme on fête un anniversaire ou sa déclaration d’impôts. Mais quel est au juste le sens de se souhaiter mutuellement des vœux qui naturellement ne peuvent être que bons tant pour la santé,  la famille et le travail ?

D’abord rappelons le sens étymologique du mot vœu. Faire un vœu, c’est faire une promesse, c’est s’engager pour soi même ou envers les autres Ainsi lors du renouvellement d’une nouvelle année, l’instauration de  toutes ces coutumes et ces cérémonies de voeux relèvent-elles vraiment du désir ardent qu’une action positive se réalise ou sommes nous au niveau des incantations et donc dans l’énoncé de vœux pieux ?

 

Pour comprendre ce phénomène, je vous propose un petit tour d’horizon d’une typologie des vœux.

Les vœux virtuels : Ce sont aujourd’hui les plus nombreux. Ils confirment l’ambiance dans la quelle nous évoluons à savoir  communiquer  le plus rapidement et de la façon la plus concise. Juste le temps d’écrire et d’envoyer son SMS dupliqué à tous les inscrits du répertoire de son i-phone. Les destinataires hésiteront sur la provenance du message illisible pour répondre aussitôt en appuyant sur la touche adéquate. Que d’instants de bonheur profondément partagés !

Les vœux sur Internet : Finis les cartes dans la boîte aux lettres de l’immeuble, place aux vœux par courriel qui vont remplir la boîte aux lettres de notre opérateur internet. Les virtuoses de la bureautique redoubleront d’ingéniosité pour envoyer des gugusses  gesticulant sur fond musical techno envahissant ainsi la mémoire de notre disque dur.  Il y a tous les messages publicitaires qui vont clignoter de toutes parts dès l’accès à internet pour nous rappeler la joie qui doit nous envahir à commencer une nouvelle année. Il y aurait ainsi 5 millions de Français internautes  qui préfèrent utiliser ce moyen de communiquer leurs vœux. Un record en Europe.

Les vœux sonores et palpables : Ce sont ceux qui, après avoir contenu leur vœu durant les deux heures qui précèdent le milieu de la nuit de la Saint- Sylvestre, explosent à la figure du partenaire d’un soir à minuit pétante dans un vacarme assourdissant. Après les baisers claquants ou étouffés et les congratulations incompréhensibles, la fête peut continuer comme avant, le temps d’en finir avec cette soirée interminable. Il y a par ailleurs les fans des avertisseurs sonores ou des lanceurs de  pétards qui font de la nuit de la Saint-Sylvestre une ode aux bruits et tapages pour faire peut être écho au silence de la nuit de Noël. Il y a enfin ceux, heureusement peu nombreux, qui cassent les vitrines ou brûlent les voitures pour que l’on pense un peu plus à eux,  afin qu’un jour bientôt, enfin un vœu, un seul, un vrai, se réalise.

Les vœux politiques : Ce sont les plus hypocrites et les plus ringards. Ceux que le Maire et son conseil affichent sur les panneaux publicitaires de la ville dans l’attente de leur prochaine réunion mouvementée portant sur le bilan critique de l’année passée. Ceux que le Président assène le 31 au soir et qui sont dans le style de la campagne électorale : à savoir des vœux de bonheur, de joie, de paix, de croisssance, de solidarité et j’en passe. Ce qui permet à tous ceux qui ne sont pas d’accord ou dans l’opposition de lui souhaiter des vœux d’échecs. Il y a les vœux des élus et corps constitués qui déclament leurs discours bilans et perspectives sur un ton si dynamique qu’ils  soulèvent l’ennui et la lassitude des assemblées figées plus préoccupées à fixer du regard la table des boissons et des petits fours.

Les vœux commerciaux : C’est grâce aux prestataires, aux entreprises, à certaines administrations et aux commerçants que l’on doit la survie des cartes de vœux expédiées à domicile ou au bureau. Ce sont des cartes dont l’objectif prioritaire et de vous rappeler au bon souvenir commercial de l’expéditeur. C’est pourquoi, le logo de la société prend plus d’espace que les bonnes intentions que l’on vous prodigue. Des cartons tout en couleur, psychédéliques, indéchiffrables sur le plan de l’esthétique, avec l’inscription de l’année en grand, au cas où l’on aurait oublié qu’après 2007, c’est 2008.  Si la réception de ces cartons imprimés se fait au travail, quelle  fierté  il ya, à les aligner sur un coin d’étagère sachant que le voisin arbore les mêmes cartons, mais pas dans le même ordre. Il ya ensuite, ceux qui les jettent, ceux qui récupèrent  le timbre des îles lointaines, ceux qui collectionnent les cartes de vœux pendant des années pour que les générations futures puissent découvrir l’incroyable créativité des distributeurs de vœux.

Les vœux par obligation : Cette une catégorie en voie de disparition. Les personnes qui s’adonnent encore à cette coutume le font assurément par obligation et cherche de plus en plus à optimiser le coût des envois. Si possible, ils récupèrent les cartes professionnelles réutilisables, ou envoie sans gêne, les cartes associatives (exemple : celles peintes par la bouche qu’ils ont reçues gratuitement). Qui n’a pas reçu ou expédié  les petites cartes promotionnelles tout en paillettes choisies dans le  bac de début de gondole de la grande surface. Les moins convaincus satisfont leur  obligation en attendant le dernier moment, soit les derniers jours de janvier. Ce qui donne un plaisir démesuré au récipiendaire qui est assuré de ne pas être obligé de répondre.  Enfin et c’est là une tendance lourde, il y a tous ceux qui ont décidé de n’envoyer des vœux que s’ils en reçoivent, ce qui au fil des années va tendre naturellement vers la disparition des vœux par envois postaux.

Les vœux familiaux : Jusqu’à une certaine limite, ce sont les plus sincères.  Mais alors, pourquoi des vœux annuels quand on se voit tous les jours ? De même, Il n’est pas évident de souhaiter les vœux à son ex… même à ses enfants que l’on chérit tous les jours. Reste les vœux avec la visite à ses proches parce qu’on les oublie de temps en temps car ils sont vieux, malades ou isolés.

Les vœux des médias : A l’instar de la chaîne publique qui publie sur une page entière des quotidiens «  Très belle année sur France 3 », les médias préfèrent se souhaiter une meilleure audience, un meilleur classement au box office, alors que nous les consommateurs d’images nous nous contenterons des spots publicitaires dont les produits nous garantissent bonheur, santé et joie pour la nouvelle année. Quant aux animateurs, une fois leur déclaration inaugurale de l’année dûment récitée, ils poursuivront imperturbablement leur travail comme durant l’année écoulée.

Les vœux de respects : Ce sont les plus rares. Ce sont ceux sur les quels notre émotivité a plaisir  à réagir. C’est l’envoi du tendre message d’un être cher et éloigné, c’est le doux baiser à un proche que l’on admire, et non pas la série d’embrassades protocolaires auprès de ces dames lorsque l’on arrive au travail le 2 janvier ou après sa semaine de ski. C’est la poignée franche avec l’échange, yeux dans les yeux, d’une phrase chaleureuse et convaincante. Bref, c’est le vœu que l’on formule pour quelqu’un à qui l’on veut du bien en prétextant du démarrage de la  nouvelle année.

 

La série des vœux peut encore se prolonger, mais nous en resterons là.  Noël était la fête du religieux, du spirituel, des enfants et du partage, Nouvel An se veut plus profane, plus festif, la fête des adultes et celle du laisser aller. Aujourd’hui  force est de constater que c’est l’activité économique et commerciale qui transcendent ces deux moments de fête, l’une qui se passe en famille et l’autre entre amis. Vous aurez compris qu’à ce stade je ne formulerai aucun vœu. Je préfère lever mon verre et vous souhaitez une bonne santé. Je serai ravi que durant toute l’année vous restiez fidèle à mon Blog et que je puisse poursuivre mes publications pour votre plus grande distraction.

Bon vent à tous.

undefined
Paris, boutique Île Saint-Louis

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philib 30/12/2007 18:31

Tout à fait... très bel exposé et jolie photo, bravo, merci de ta visite, pour le lien sur ton blog, je suis ok, d'ailleur le tiens est déjà en place, bonne soirée, Philippe.

Philippe Danthony 30/12/2007 09:56

Ceci est tellement vrai !

PAPOU 31/12/2007 09:02

Bonjour Philippe,merci de tes visites régulières. Cela me fait plaisir et je suis heureux que tu y prennes intérêt. A bientôt pour d'autres rencontres en 2008. Meilleurs souvenirs. Marc H